Jusque très récemment, je n’avais pas d’intérêt particulier pour l’offre matériel des drones. Au contraire, je regardais ça plutôt avec un oeil amusé, sans prendre en considération l’intérêt éventuel d’un point de vue photographique. Et puis, lors d’un séjour récent aux Sables-d’Olonne et à la faveur de quelques balades (à visée photographique) dans les marais, je me suis interrogé sur l’intérêt d’un tel dispositif photographique pour réaliser des prises de vue des formes géométriques de ces marais. Au sol, difficile de se faire une idée, mais les sentiers de randonnée laissent entrevoir une géométrie particulière, une géométrie forgée de la main de l’homme au cours des siècles. C’est ainsi que j’ai commencé à m’intéresser à ce type de matériel, les drones. Et que quelques temps plus tard, je me suis retrouvé propriétaire d’un drone, de la formation et du permis associés.

Au delà de la curiosité, et de l’intérêt évidemment photographique, c’est un objet à la fois excitant et stressant. Stressant, parce qu’on peut trouver assez facilement sur internet de nombreux témoignages de pertes de contrôle, de chutes ou de collisions. Les vidéos sont parfois spectaculaires, même si l’on considère les conditions de ces accidents, et qu’on prend un minimum de recul. Néanmoins, avec un tel objet envoyé dans les airs, il y a tout de même de quoi s’inquiéter des conséquences éventuelles d’une panne ou d’un mauvais geste de pilotage. Cela reste toutefois également excitant, car cela change complètement le point de vue photographique. Ce qui parait tassé, plat, peu facile à mettre en perspectives comme ces fameux marais du pays des Olonnes ne peut obtenir une vraie dimension photographique que vu depuis plus haut que le corps humain. Et les vues obtenues sont de ce fait intéressantes à plus d’un titre.

Pour le tester, j’ai choisi un manoir abandonné particulièrement célèbre en Ile-de-France : le Domaine des Trois Colonnes.

En voici le résultat.

Autant dire tout de suite que je suis tout à fait satisfait de l’utilisation de l’appareil et des photos réalisées. C’est un outil maniable, très réactif, et en quelques minutes de pratique, grâce à un mode « débutant », on peut déjà prendre des clichés agréables. En outre, et malgré la taille du capteur, les photographies obtenues sont à la fois détaillées et correctement colorées. De quoi se régaler les yeux facilement.

Je suis maintenant impatient de pouvoir l’utiliser lors de mon prochain voyage et, bien évidemment, d’un prochain séjour aux Sables-d’Olonne.