Voilà un bon moment que je n’avais pas fait de cyanotype. La météo s’y prête assez peu par chez moi, du coup, difficile de prévoir la veille pour le lendemain s’il fera vraiment un temps ensoleillé ou si ce seront les nuages qui seront de la partie.

Mais un collègue d’atelier m’avait donné l’idée d’acheter une insoleuse UV. L’été dernier, il en avait trouvé une sur un site de vente de matériels divers et variés. Le vendeur chez qui il s’était procuré la machine en question en avait deux autres à vendre. Après prise de contact et récupération du matériel par un ami, l’appareil est arrivé chez moi à bon port.

Comme j’ai un peu de temps avec le confinement qu’on subit actuellement, j’ai sorti mon insoleuse pour faire quelques tests.

Pour les premiers, j’ai raté mon solution photosensible, en mélangeant deux fois le même produit. Pas idéal donc. J’ai donc recommencé quelques jours plus tard, afin de déterminer les temps d’exposition à choisir pour obtenir des résultats probants.

Si les résultats ne sont pas tout à fait au niveau que je souhaite, ils sont néanmoins très bons. Je les trouve un peu trop pâles mais je pense que cela vient du papier, du Canon pour dessin. Il faut que je refasse des tests avec du papier Bergger dédié pour ces pratiques alternatives. Ça devrait être beaucoup mieux. Ensuite, je ferai des tests avec du papier washi, car j’aime beaucoup le rendu, la sensation au toucher, la sensation de fragilité que donne ce papier particulièrement solide et qui supporte très bien d’être baigné quelques minutes.

Prochains tests à venir très rapidement.